Accéder au contenu principal

Articles

Sélection

General Electric, ce colosse aux pieds d’argile qui pourrait rebattre les cartes de l’aéronautique

Logo de General Electric.

20 juin 2018. Un coup de tonnerre retentit à Wall Street, ébranlant le capitalisme industriel made in USA jusque dans ses fondations : General Electric est exclu de l’indice Dow Jones. Or, GE était déjà présent à la création de l’indice boursier – le plus vieux du monde – en 1896. Et il ne l’avait pas quitté depuis 1907. Une exclusion à la portée symbolique évidente, et qui illustre bien les mutations de la finance mondiale, qui s’éloigne de l’industrie à la faveur de la high tech.Plus qu’un simple groupe, GE, en partie fondé par Thomas Edison lui-même, est l’un des derniers hérauts, avec United Technologies, d’une certaine vision du capitalisme, de l’industrie. Celle d’un monde où les conglomérats tentaculaires ont – ou plutôt avaient – vocation à répondre à tous les besoins. Du réfrigérateur au réacteur d’avion, en passant par les scanners médicaux, les locomotives et les turbines destinées aux centrales électriques. Bref, tout ce dont le monde moderne a(va…

Derniers articles

Lancement de Damoclès, le podcast dédié aux questions de défense

Sans valeurs, la puissance n’est rien... et vice-versa

French Military Sales : Mirage ou Miracle ?

UE et Otan : « faux débat », véritables enjeux

« Le plus fort entre l’ours et l’éléphant, ça reste l’hippopotame »

Les motoristes aéronautiques larguent du lest